Le secret de la grotte

Stacy est orpheline ; elle vit chez sa tante qui la hait. La vie n'est pas toujours rose depuis que ses parents sont morts dans un accident de travail tragique ! Elle n'est même plus du tout rose. Mais Stacy est bien la fille de son archéologue de mère ; elle a deux buts dans la vie : 1) Découvrir pourquoi ses parents en ont payé de leur vie pour mener à un projet complètement râté.  2) Se barer la maison pourrie de sa tante qui passe ses nerfs si elle (pire qu'une prison). Et comme Stacy est déterminée (et assez têtue, ne le nions pas), elle se met à ses petites recherches tout de suite. Pour ce qui est de sa tatie peau de vache, va falloir attendre sa majorité !


Prologue
Jeudi 6 juin 2024, 18h30,
Forêt tropicale Karis.

« – D'après mes plans, la grotte Karis se trouve ici ! Lança l'homme.
– Oh, Brandon, nous avons réussi ! Répondit la femme avec émotion.
– Enfin, après toutes ces années de recherches, Tiffany-darling, nous allons sauver le monde ! Nous avons trouvé la nouvelle énergie qui permettra de faire marcher le monde normalement !
– J'ai les larmes aux yeux, rentrons dedans, il nous reste à trouver la pierre, Honey.
– A toi l'honneur de mettre le premier pied dans la grotte, ma Tiffany.
– Je... ça n'a pas l'air stable...
– Ne sois pas bête ! Cette grotte a bien tenu deux mille cinq cent ans, elle est solide !
– Justement...
– Allez, depêche-toi, Tiffany ! On ne va pas y passer la nuit !
– Et s'il nous arrivait quelque chose ? Nous avons prévenu quasiment personne !
– Un alchimiste digne de ce nom se doit de prendre des risques pour son travail. Allons, Tiffany, rentre dans la grotte, tu avais l'air si heureuse quand nous sommes partis de Sweet Town, affirma Brandon
– Mais... Et la petite ? Demanda Tiffany d'un air soucieux.
– Ne t'inquiète pas, Stacy va bien. Hannah s'en occupe, la rassura Brandon. »
Tiffany avait l'air de ne plus trop vouloir entrer dans cette grotte. Son instinct maternel lui disait de retourner dans son penthouse à Sweet Town.
« – Il est encore temps de retourner à Sweet Town, tenta la jeune femme rousse plantureuse.
– Non ! Répondit Brandon en vitesse. Rentre dans la grotte, Tif ! Les femmes d'abord. »
Obéissant aux ordres de sont mari elle entra à l’intérieur de cette grotte obscure.  Mais pourquoi Brandon voulait tant qu'elle entre en premier ? C'était trop tard pour se poser la question. Oh, pourquoi diable n'avait-elle pas écouté sa sœur ? Cet homme était mauvais, et maintenant un éboulement avait eu lieu et Tiffany Lauren's était piégée à l’intérieur de la grotte au bord de la crise de nerf.
« – Brandon ! Aide-moi ! Va chercher quelqu'un ! »
Tiffany poussait la roche. Si son mari ne répondait pas, la grotte allait être son tombeau. Mais que faisait-il bon Dieu !?
« – Brandon, réponds ! Va chercher les secours ! »
Tiffany qui avait l'habitude de garder son calme dans des situations aussi pénibles que celles-là, poussait, tirait sur les pierres. Ses efforts étaient vaincs. Jamais elle n'arriverait à déplacer une roche pesant quelques tonnes.
Elle appela sans cesse Brandon. Et s'il avait été écrasé par un rocher ? Tiffany ne voulait pas y penser. Ou peut-être, tel avait été son but de l'abandonner dans Karis. Non, il n'était pas comme ça. Au bout de une minute, une heure ou plus – Tiffany l'ignorait – elle laissa tomber. En larmes elle s'affala sur le sol frais. Ensuite elle fouilla dans la poche intérieur de sa veste. Elle en sortit son téléphone portable. Mais trois jours sans le charger, il ne tiendrait pas. De toute façon, où trouver du réseau dans les fin-fonds d'une forêt tropicale ? Elle soupira et regarda l'écran. Le fond-d'écran affichait le visage souriant de se fille.
« – Stacy... Aurais-je l'occasion de te revoir un jour ? »
Par précaution elle éteigna l'appareil. Il restait dans son sac-à-dos trois litres d'eau et des boîtes de riz. Si elle faisait attention, elle tiendrait bien quatre jours.


Chapitre 1
Mercredi 23 juin 2038
10 rue Stone, Quaker City

Au fur et à mesure des années, Stacy Lauren's se fit une réputation à ne pas contester dans le lycée Kennedy High. Mais sous ses airs de rebelle, elle cachait sa tristesse. Vivant sous le toit de la sœur aînée de sa mère qui ne parlait jamais des parents de la jeune fille et lorsqu'elle essayait de lui tirer des informations sur leur mort, Hannah se fermait comme une huître en disant qu'il ne fallait pas en parler et les oublier, passer à autre chose même si un jour elle avait dit à sa nièce qu'ils étaient morts dans un accident d'avion. Pour l'adolescente de quatorze ans, ne pas parler de ses parents était comme un déshonneur. Justement, elle ne voulait pas les oublier. Un jour où l'autre, elle découvrirait comment ses parents ont périt. Au fond d'elle, elle entendait encore sa mère l’appeler. Parfois, dans ses cauchemars, sa mère venait la voir. Oui, c'était tout le temps elle qui lui rendait visite quatorze ans après qu'elle soit décédée. Jamais son père...
Une fois, quand elle avait onze ans, elle avait essayé d'en parler à Hannah mais la vieille femme l'avait traitée de folle et de menteuse. Elle lui avait dit que les morts ne venaient pas hanter les vivants. Elle lui avait aussi dit d'arrêter de se prendre pour Jeanne d'Arc, qu'elle n'était qu'une pauvre orpheline. Puis elle avait enfermé sa nièce dans sa chambre en lui promettant que si elle redisait ne serait-ce qu'un seul mot sur sa sœur et son beau-frère, elle l'enfermerait dans un asile psychiatrique. Depuis, l'adolescente haïssait sa tante au plus haut point. Elle jura au fond d'elle-même qu'à ses seize ans, quand elle ne sera plus sous la tutelle de Hannah, elle récupérera la plus grande part de l'héritage laissé par ses parents et ira à leur recherche. En attendant, il fallait qu'elle surveille sa tante de près, car elle souhaitait substituer l'héritage de sa nièce. En effet, celui-ci avait été donné à la fille mais elle ne pouvait l'utiliser avant sa majorité... Plus que deux ans et elle fuira du 10 rue Stone. Et elle ne perdrait pas son temps, elle commencerait les recherches dès maintenant. Pour ses quatorze ans, elle avait reçu un ordinateur portable de son cousin germain Nate Blair habitant en Australie. Il avait vingt-trois ans et faisait des études de droit à Darwin. C'était le fils d'Hannah mais il était loin d'être une personne colérique comme sa mère...
A chaque anniversaire de sa cousine, il lui envoyait un présent choisit avec sa fiancée, Muse Mironova qui était partie de Russie pour suivre son grand amour malgré la pression de ses parents. A chaque fois que Hannah découvrait quelles folies son fils et sa bru avaient faites pour  leur cousine, elle enrageait mais jusqu'à lors elle cachait son orgueil. Nate et Muse envoyaient toujours un cadeau sophistiqué, sur mesure à leur cousine que ce soit pour Noël, son anniversaire ou juste par plaisir mais pour Hannah, ils lui envoyaient parfois des pantoufles ou d'autres fois quand ils faisaient un effort un livre de cuisine. Une année, ils avaient donné à la fille Lauren's une chaîne hi-fi , puis des cartes cadeaux pour des boutiques de vêtements ou de bijoux... Mais le clou du spectacle fut cet ordinateur Apple. Hannah avait enragé en le voyant. Elle avait illico passé un appel chez son fils malgré les prix exorbitants de la communication qu'elle lui laissait en général. Elle entra dans la cuisine pour éviter que sa nièce n'entende la conversation en lui disant qu'elle téléphonait à Nate pour le remercier. Mais cette dernière n'était pas dupe. Elle attendit que Hannah rentre dans la cuisine pour aller coller son oreille contre la porte. Comme elle l'aurait parié, Hannah dit à Nate que sa Muse le rendait fou, qu'il devait arrêter d'envoyer des cadeaux pareils à sa cousine. Comme à chaque fois que Hannah disait cela à Nate, il répondait qu'il arrêterait même si il ne le faisait jamais...
Pendant ces deux années laborieuses, entre les études et les recherches, alors qu'elle pensait qu'elle s'engageait dans quelque chose d'immensément long et compliqué, elle découvrit beaucoup de choses. Notamment un article paru dans le Weekly Of Sweet Town.


« Mort du couple des Lauren's
Jeudi 14 juin 2024

Dans la semaine du 4 au 12 juin 2024, le couple d'alchimiste et d'archéologue Mr et Mrs Lauren's s'engagent dans une expédition dangereuse. Ils le savait mais ce sont de grand humanistes et le couple est emmuré vivants ! Dans une grande romance, tels Roméo et Juliette, le couple est mort ensemble. Comme quoi, les paroles du mariage ne sont pas des paroles en l'air... Il lui avait promis de l'aimer jusqu'à la mort, et c'est celle-ci qui les a réunit pour toujours...
B. et T. Lauren's étaient connus notamment pour leur recherches sur les esprits surnaturels, et leurs livres écrit à quatre mains "Le sur-naturel", "Principe fondamentaux des sciences occultes", "Secrets Vaudous".
Le couple de trente-six et trente-huit ans avait donné naissance l'année dernière a une petite fille qui a fait la joie de leur famille. Cet ange devrait récupérer l'héritage laissé par les Lauren's avec une part minime pour la sœur de T. Lauren's. Apparemment, ils ne faisait pas confiance à cette femme de quarante ans...Peut-être avaient-ils peur de ce qu'elle ferait de l'héritage ? Car H. Blair est connue pour être une femme dépensière. Elle gagne sa vie avec des créations vestimentaires et a de bonnes relations avec Hayden Scott, la grande créatrice de notre ville Sweet Town. H. Blair nous dit s'être toujours opposée aux actes de sa sœur et de son beau-frère. Elle est vraiment déçue qu'ils ne lui ai pas fait part de cette expédition désastreuse. Malgré sa relation tendue avec le mari de T. Lauren's, H. Blair regrette fortement leur mort. Cette veuve a maintenant la responsabilité de sa nièce de un an, S. Lauren's...
Dans leur périple pour rendre le monde meilleur en utilisant la magie blanche, il découvriraient la grotte Karis au Brésil, une grotte sacrée appartenant aux autochtones du coin. Cette grotte serait le fruit de leur recherches. Elle contiendrait le secret de la magie blanche. Malgré qu'elle soit enfoncée dans une forêt tropicale infestée des insectes les plus mortels du monde, il se seraient engagés à l’intérieur. Le couple n'aurait prévenu qu'un minimum de personnes, retardant de la sorte les recherches de la police américaine pour les retrouver. Peut-être l'ont-ils fait exprès, afin d'éviter d'inclure trop de monde dans cette affaire car nous avons appris que la sœur de T. Lauren's et d'autres membres de leur famille n'étaient pas au courant. Leur vision du monde meilleur leur a t-elle fait perdre la raison ? Ils voulaient sauver le monde, ils auraient dû d'abord sauver leur peau. »


Elle venait d'apprendre beaucoup de choses en quelques lignes. Et encore, ce n'était que le sommaire ! Ses recherches seraient-elles plus simples que prévu ? Mais après maintes relectures de l'article, la jeune fille se posa une question. Pourquoi le conditionnel était-il autant utilisé ?
Chapitre 2
Mercredi 23 juin 2038, 20h00
10 rue Stone, Quaker City

La porte de la chambre de Stacy s'ouvrit avec un vacarme épouvantable en cognant contre le mur. La jeune fille sauta sur la chaise de bureau en poussant un petit cri aigu. Puis elle se ressaisit en voyant Hannah sur le seuil de la porte.
«– Ce n'est que moi, lui dit-elle en haussant un sourcil.
– Quoi ? Dit Stacy sur la défensive.
– Je voulais te dire que je pars ce week-end avec Jeffery en Italie. Donc tu t'occuperas de la maison, répondit Hannah en regardant sa french manucure.
– Qui est Jeffery ? Demanda Stacy avec mépris bien qu'elle se doutait un peu de qui était cet homme.
– Oh ! C'est juste un ami, lui annonça Hannah en sortant de la chambre de Stacy. »

"juste un ami" pensa Stacy.
Sa tante était on ne peut plus menteuse et se payait le luxe de passer un week-end en Europe avec "juste  un ami". Stacy fit la moue en vaquant à ses occupations précédentes, c'est-à-dire la lecture d'articles concernant la grotte dont elle avait oublié le nom.
"Au moins, je verrais pas la vieille peau deux jours de suite..." se dit-elle.

Hannah revint dans la chambre de sa nièce deux secondes après être partie. Elle lui dit :
«– Ah, et je ne t'ai pas dit, Stacy. Dans quelques mois, nous irons habiter à Milan avec Jeffery.
–Quoi ?! S’exclama Stacy. Mais je vais avoir seize ans dans moins de deux ans, je pourrais te laisser tranquille et en Europe, la majorité est à dix-huit ans ! Et en plus, si nous déménageons, je perdrais tous mes amis !
–Tu veux me laisser tomber après ce que j'ai fait pour toi toutes ces années ? Cria Hannah. Stacy, écoute-moi bien. Ce n'est pas toi qui fait la loi, ici. Tu viendras à Milan avec moi. Tu peux déjà poster un statut sur Facebook. "Je déteste ma tante. Elle veut m'emmener en Italie pour habiter dans une nouvelle maison très grande avec piscine et jardin", ironisa Hannah.
–"… pour vivre avec son amoureux débile " continua Stacy.
–Comment peux-tu dire une chose pareille ? Tu ne connais pas Jeffery, je suis sûre que tu vas l'adorer ! Contra Hannah.
–Comment peux-tu me faire une chose pareille ? Tu veux m'emmener en Italie contre mon gré et tu est sûre que je vais adorer ton Jeffery ! Maman n’aurait jamais fait une chose pareille ! Hurla Stacy
–Ne parle pas de ta mère ! Hurla Hannah plus fort encore. Tu ne sais pas ce qu'elle aurait fait ou pas, tu l'a connue moins d'un an ! Tu ne sais pas comment elle est, tu te l'idéalise car tu penses que ta mère était quelqu'un de génial juste parce qu'elle avait des idées tordues et qu'elle s'est sacrifiée pour ça ! Mais tu es loin de la vérité, Stacy ! Tu ne sais pas ce quelles étaient les vraies raisons pour que ta mère ait voulu entrer dans cette grotte alors qu'elle savait que sa vie serait en péril. Tu ne sais pas comment elle a trahit ton père, en me trahissant moi aussi ! Tu ne sais rien de ce monde, Stacy ! Arrête de faire ta victime sous prétexte que tu es orpheline, ça ne te mène que de la haine. Et comme l'a dit Hayden Willhose, la maire et créatrice de Sweet Town, c'est plus facile de détester quelqu'un que de l'aimer !
–Hayden Willhose avait beaucoup d'ennemis, non ? »



Chapitre 3
Samedi 26 juin 2038, 14h30
Fetish Mall, Sweet Town

Pendant son week-end de liberté, Stacy se libéra de son écran et alla faire du lèche-vitrine dans Fetish Mall, la place des boutiques les plus branchées de Sweet Town. Et là, Oh belle  surprise du destin ! Elle tomba nez à nez avec Shawn Lopez, le mec le plus craquant de Kennedy High, au sens propre. Elle venait de s'acheter des collants sexy à La Perla avec l'argent économisé offert par Nate et était occupée à regarder son ticket de caisse quand elle rentra dans Shawn Lopez. Shawn avait deux ans de plus que Stacy, il était grand, blond et avait des yeux d'un bleu ciel magnifique. Il avait un regard adorable mais quand celui-ci tomba sur Stacy, il était plus dur que d'habitude.
« – Eh ! Regarde un peu où tu marches, Lauren's !"
Les joues de Stacy s'empourprèrent. Comment ce mec osait-il lui parler sous prétexte qu'il était en troisième année et qu'il était le sex-symbol de Kennedy High ?
– Pardon ? Moi je ne regarde pas mon portable en marchant, Lopez ! Tu devrais faire attention, tu pourrais marcher dans toi ! Lança Stacy.
– Marcher dans moi ? Questionna Shawn en mâchant son chewing-gum comme une vache broutant son herbe.
– Oui, dans une merde si tu préfères, répliqua Stacy en arquant un sourcil parfaitement épilé. Tu te prends pour un Dieu juste parce que tu as un physique super charismatique mais tout ce que tu as, tu l'as grâce à papa-maman. T'arrives au lycée avec une voiture de course qui  monte à 80 km/h en deux secondes mais c'est la voiture à papa. Tu t'habilles avec des fringues classes mais c'est ceux que portent les stars dans les mags people pour fille. OK, c'est classe mais tes goûts vestimentaires sont un décalquages de ceux de Lil Wayne en 2015. Toutes les conneries que t'as faites juste pour impressionner tes potes et les meufs canon se sont retrouvées chez les flics. Tu voulais les faire rire mais eux qu'est ce qu'ils ont fait pour toi ? Et qui a payé les dégâts de la boutique vandalisée il y a une semaine ? C'est papa ! Sans lui, ton casier judiciaire ne tiendrait pas, tu as de la chance d'avoir un père pouvant essuyer toutes les plaintes. Mais quand il ne sera pas là, qu'est-ce que tu vas faire ? Il va falloir grandir Lopez, tu n'auras pas ta petite bande de chiens toute la vie. Ils vont se lasser et te laisser tomber comme tu l'as fait avec tes ex. Sous tes airs de mec hyper classe, en fait t'es comme une tortue qui se cache dans sa coquille dès qu'elle a peur. Tu n'es pas si dur à cerner, Lopez. »
Le sourire de lover de Shawn retomba en quart de seconde. Il ouvrit la bouche et la ferma comme un poison rouge maintenant. Décidément, il aimait bien imiter les animaux ! La majorité du temps, toutes les filles se pâmaient en voyant sa belle gueule d'ange. Mais Stacy le toisait d'un air hautain. Elle n'était pas comme toutes les autres filles, c'est ce qui la rendait attirante aux yeux de Shawn. Mais de son côté, Shawn ne passait pas sans effets près de Stacy. En effet, elle utilisait la technique n° 169 du livre "Drague facile pour les filles" écrit par Lily Scott : faites la femme distante pour vous faire désirer.
Ce n'était pas la femme distante que Stacy faisait, là ! Shawn allait la voir comme une fille agressive et allait la détester.
« – Je pensais que tu étais du genre sympa, Lauren's. Je m'étais trompé, dit-il en baissant les yeux.
–Je... »
Stacy aurait voulu lui dire qu'elle était désolée. Elle était allée trop loin et le mot ne sortit pas de sa bouche. Shawn la contourna et s'en alla.
« –Et merde, murmura t-elle. »
"J'ai encore foiré."
Elle aurait pu se retourner, lui courir après et lui dire à quel point elle s'en voulait mais son orgueil la laissa clouée sur place. Elle alla à l'arrêt de bus et rentra chez elle, la tête de Shawn encombrant toutes ses pensées.

Chapitre 4

Lundi 28 juin 2038, 2h00
10 rue  Stone, Quaker City.

La porte de l'entrée claqua avec un grand bruit. La lumière s'alluma dans le couloir. Stacy sursauta et regarda son portable.
« – Putain, deux heures du mat' ! C'est quand même pas la vielle qui rentre ! Grogna t-elle en mettant sa tête sous son oreiller. »
Des bruits de pas dans le hall d'entrée. La porte claque une nouvelle fois. Le rire d'Hannah se fit entendre.
« –Tu veux rester dormir Jef ? Demanda Hannah.
– Oh, je ne voudrais pas t'embêter Hannie, répondit une voix masculine sensuelle très grave. »
Hannie ? Quel surnom débile ! pensa Stacy.
« –Tu ne vas pas rentrer maintenant ! Protesta Hannah.
–D'accord. Je dormirais sur le canapé, accepta l'homme. »
Stacy se redressa immédiatement. Comment sa tante de cinquante-quatre ans osait-elle encore avoir un amant alors que son mari, sa sœur et son beau-frère étaient morts ? Cette femme était-elle vraiment sans  cœur ?
« –Tu veux boire quelque chose ? Demanda Hannah.
–Oh, non merci, ça ira ! Ce voyage m'a épuisé ! Comment fais-tu pour rester encore debout après avoir pris le décalage horaire ?
–J'ai mes secrets... répondit Hannah avec un air mystérieux. »
Sa vieille tante essayait de paraître sensuelle mais aux yeux de Stacy, elle avait l'air tout bonnement ridicule ! Stacy soupira et se leva. Elle s'observa dans le miroir en pied et attrapa sa robe de chambre. Puis elle sortit de sa chambre et entra dans le salon.
Elle vit sa tante pour la première fois sur son trente-et-un, avec un chignon relevé, un maquillage très travaillé et une robe rouge moulante affreuse. Stacy pensa que Hannah ressemblait à une couguar. Elle riait en tenant une coupe de champagne sur le sofa en cuir marron. Un homme très grand se tenait devant elle. Il portait un costard chic avec un nœud papillon rouge. Stacy fronça les sourcils. Il avait l'air plus jeune qu'Hannah mais on voyait sous ses cheveux bruns quelques mèches blanches. L'adolescente mal-venue dans la petite soirée d'Hannah et son chéri donnait une quarantaine d'année à cet homme à l'allure si imposante.
Stacy voulait apparaître à l'improviste pour gâcher la soirée – enfin la matinée maintenant – mais elle se sentait mal, nue comme un ver sous sa robe de chambre face à Hannah et – comment s'appelle t-il déjà ? –dans leurs tenues chicissimes.
« –Oh ! Tu es rentrée, Maman ! C'était bien Venise ? "
Hannah se retourna en sursautant. L'homme ouvrit des yeux grands comme une soucoupe.
"–Mais qui est cet homme ? Demanda Stacy. Papa le sait ? "
L'invité se leva en posant sa coupe sur la table basse en verre. Hannah pinça les lèvres.
"–Qu'est-ce que tu racontes Stacy ?! Je n'étais pas à Venise, idiote ! J'étais à Milan ! Cria Hannah. Ce n'est pas ce que tu crois Jeffery ! Ajouta t-elle à l'attention du grand brun.
–Tu m'avais dit que tu n'avais pas de mari et pas d'enfants ! Protesta Jeffery.
–Mais Maman, pourquoi tu trompes Papa ? Il fallait me le dire si il ne devait pas savoir que je suis ta fille, continua Stacy. "
Hannah se leva et alla vers sa nièce. Elle leva la main prête à lui donner une gifle.
"–Comment oses-tu ?! "
Stacy mit sa main devant le visage prête à parer le coup. Mais elle ne reçut rien. Jeffery tenait le bras d'Hannah au-dessus d'elle.
"–Tu m'as menti. J'aurais pu passer l'éponge. Mais que tu frappes ta propre fille, ça je ne peux pas l'accepter, lui dit Jeffery en plissant les yeux. "
Hannah tira sur son bras pour se détacher.
"–Lâche-moi, ordonna t-elle en serrant les dents."
Jamais Stacy n'avait vu sa tante aussi enragée. Elle se dit qu'elle aurait dû s'imposer des limites. Elle aurait dû... Elle aurait dû retenir sa mère, quand celle-ci lui disait au revoir le 1er juin 2024.
"–Premièrement, Jeffery, note-le bien. Ce n'est pas ma fille, c'est ma nièce. Deuxièmement, je t'ai dit ne pas avoir d'enfants à la maison m'appartenant. J'ai bien un fils et une fille mais l'un vit en Australie, l'autre est en Californie. Troisièmement et dernièrement, je n'ai pas de mari. Il est mort dans un accident de voiture il y a vingts ans alors que j'étais sur la place du passager. Il s'est retrouvé dans un coma pendant cinq mois puis mon fils l'a débranché sans même me le demander ! Moi je me suis juste retrouvée en paralysie totale mais la médecine m'a sauvée. J'ai prit du temps à recommencer à marcher.
« Ce jour-là, ma fille était à l'arrière de la voiture. Elle avait cinq ans. Depuis l'accident elle me hait car je n'ai rien pu faire... Car c'était de ma faute. J'étais en train de me disputer avec mon mari, je l'ai déconcentré, il n'a pas vu que la route tournait et la voiture s'est prit l'arbre face à nous. Il y a eu un fracas épouvantable. J'ai ouvert les yeux. Il y avait du sang sur mon front, sur mes mains. Je me suis retournée. Ma fille était sur son rehausseur. Elle regardait devant elle, derrière moi. Elle pleurait mais n'avait aucune séquelle si ce n'est qu'elle se rappellerait du drame toute sa vie. Le sang sur mes mains n'était rien à côté du sang sur la vitre de la voiture et sur mon mari. Il était passé à travers le verre et son corps gisait sur le capot. Ma fille le regardait. Ce jour-là, j'aurais pu crier, j'aurais pu fuir sans même appeler les secours.
« Mais je suis restée forte. J'ai gardé mon sang froid. J'ai détaché ma ceinture et je me suis extirpé avec peine de la voiture. Je suis allé détacher Victoria. Elle ne m'avait pas facilité le travail. Elle se débattait et criait. Je l'ai assise sur la place avant et je suis allée voir mon mari. J'ai serré les dents, je l'ai retourné. Sa peau était ensanglanté. Il ne fallait pas que je pleure devant ma fille mais une larme est tombée sur la joue de celui qui avait partagé ma vie. J'ai pris sa respiration. Elle était irrégulière et saccadée. Il a passé sa main sur ma joue laissant une trace affreuse.
"–Ne pleure pas, Hannah, m'a t-il murmuré. Ça va aller. Occupe-toi bien de Victoria... "
Je me suis mise à pleurer à chaudes larmes. Je l'ai supplié de rester. Je l'ai traité de menteur. Il m'avait promis de ne jamais m'abandonner. Il m'avait dit qu'il m'aimerait à la vie, à la mort. Il disait toujours "L'amour plus fort que la mort"… C'était des paroles en l'air, tout ça ! Des foutaises, oui ! J'ai tenu pendant qu'il agonisait devant moi. Son cœur battait de moins en moins. J'ai attendit qu'il n'y ai plus rien.
« Je l'ai laissé mourir. Puis j'ai appelé les secours quand son pouls ne résonnait plus sur sa poitrine. J'ai sous-estimé la médecine. Il lui ont fait des électrochocs. Il ne s'est pas réveillé mais était encore vivant. Les médecins m'ont proposé de le débrancher car il souffrait. J'ai refusé. Ils croyaient tous que je pensais qu'il se réveillerait un jour mais je savais que ce n'était pas possible. Je le laissait dans son sommeil artificiel pour qu'il souffre comme il m'avait fait souffert. Il m'avait trompé avec ma propre sœur. J'ai préféré oublier. Il a recommencé et Stacy est née. Je détestais cette fille qui était née de l'union de mon mari et de ma sœur. Et ma sœur est morte. Elle m'a laissé sa fille, je l'ai élevée comme ma sœur l'aurait fait même si je n'ai pas pu lui donner le même amour que sa vraie mère lui aurait donné. J'ai essayé de l'aimer comme ma propre fille mais elle prenait mal tous mes actes. Je l'emmenais au zoo où elle allait avec sa mère quand elle ne savait pas encore marcher. Mais Stacy l'a mal prit. Elle a dit que j'essayais d'être sa mère mais que je ne le serais jamais. Il y a des fois où elle me parlait de Tiffany. Elle me disait qu'elle lui parlait. Ça me faisait mal de voir qu'elle me mentait ainsi. Il y a des moments où je voulais oublier que ma vie était un fléau. Je buvais et je frappais ma nièce. Le pire est quand je lui ai demandé de venir avec moi en Italie. Elle l'a prit comme une insulte et a parlé de sa mère. Mais quand on parle de ma sœur je m'énerve et deviens agressive. Stacy a gardé son calme malgré ce que je lui ai dit. Comme Tiffany, elle savait se contenir. Moi je n'y arrive pas. Je montre tous mes sentiments... Je... je ne voulais pas... je ne voulais pas que ça finisse comme ça... je suis désolée... et maintenant... il ne me reste plus rien.
–Chut ne dis pas ça, je suis là, moi, lui dit Jeffery d'un air rassurant. "
Il prit Hannah dans ses bras et la berça. Stacy se sentait coupable mais elle était tellement jalouse que sa tante ait quelqu'un qui l'aime. La vie sentimentale de Stacy était un vrai désert. Il fallait que ça change. Cette séries de quiproquos était allée loin, trop loin. Stacy devait commencer à s'excuser à tous les gens à qui elle a fait du tort dernièrement. A commencer par Hannah.
"–Je.. commença t-elle. Je suis désolée Hannah.
–Désolée de quoi ? Demanda l’intéressée étonnée.
–De tout... murmura Stacy.
–C'est moi qui suis désolée, ma chérie. Je me suis soûlée pour tout oublier mais ça ne nous a pas rapprochée. Tout ça c'est de ma faute. La mort de tous les gens que j'aime est de ma faute, répéta Hannah.
–Ne dis pas ça, lui dit Jeffery
–Ne dis pas ça, répéta Stacy. Comment peux-tu être responsable de la mort de mes parents ?
–Je... il s'est passé beaucoup de choses... des choses que tu es trop jeune pour savoir, répondit Hannah. "
Stacy fronça les sourcils et retourna dans sa chambre. D'accord, la vie de Hannah avait été difficile mais ce n'était pas une raison pour s'en prendre à sa nièce. Stacy était rancunière, malgré que sa tante ai joué la victime pour se faire désirer de Jeffery, elle lui en voulait toujours énormément.
Elle ne voulait pas dormir alors s'habilla. Elle prit des leggins noirs puis enfila un sweat violet foncé. Elle prit des nus-pieds beiges et se passa un trait de crayon sur chaque œil. Elle mit un peu de blush, puis prit du rouge-à-lèvres rosse pâle. Elle attrapa son sac -à-main noir et y mit son portable. Elle sortit dans le salon où Hannah prenait un café avec Jeffery. C'est-à-dire qu'ils buvaient dans la même tasse.
"–Je sors ! Leur annonça t-elle. "
Hannah sursauta.
"–Quoi, tu sors ? Tu as vu l'heure ? Gronda t-elle
–Oh, ça va ! Râla Stacy. T'es pas ma mère ! "
Hannah ouvrit la bouche pour lancer une des insultes qu'elle avait en stock mais se résigna et baissa les yeux.
"–D'accord. Amuse-toi, conclua t-elle.
–Oh ! Je suis désolée, je n'aurais pas dû dire ça, s'exclama Stacy. ".
La jeune fille alla vers sa tante, lui fit un bisou sur la joue et lui dit au revoir. Jamais elle n'avait embrassé sa tante et cela toucha beaucoup cette dernière.












Chapitre 5
Lundi 28 juin 2038, 5h00
Chez Shawn Lopez dans un loft de Snow Lake à Sweet Town.

Tac Tac ! Shawn ouvrit les yeux dans sa chambre de vingts mètres carré et regarda autour de lui et ne vit rien alors referma les yeux et remit son drap en place.        TAC TAC !
Shawn sursauta et se leva. Il était sûr d'avoir entendu cette fois-ci. Y avait-il un cambrioleur qui tentait de s'introduire chez lui ? Il se dirigea vers son armoire et en sortit un calibre 54. Il le chargea et se dirigea vers la fenêtre. Il entrouvrit doucement la fenêtre et regarda en bas, prêt à dégainer. Une ombre aux contours féminins se tenant en dessous. Il ouvrit le fenêtre pour pointer son arme contre l'intrus quand il reçut un caillou dans l’œil. Il poussa un cri en dirigeant son arme vers cette personne qui se permettait d'agresser le fils de Tony et Cheryl Lopez.
"–Oh ! Je suis désolée ! S'exclama une voix féminine. Mais ? C'est un flingue ! Qu'est ce que tu fais avec, Lopez ?!
–Lauren's ?! C'est moi qui devrais te demander ce que tu fais dans mon jardin. C'est violation de terrain privé, ça !
–Je voulais te dire quelque chose, Lopez, je peux monter ? Demanda Stacy.
–T'es dingue ! Je suis à poil, moi ! Couina Shawn en rougissant.
Mais que faisait Stacy Lauren's chez lui à cinq heures du matin ? Et comment a t-elle pu ne pas actionner l'alarme en s'incrustant chez lui ?
"–Alors mets un caleçon ! Ordonna Stacy en souriant.
–Euh... commença Shawn. Tu t'invite chez moi et tu me donnes des ordres ?
–Allez, j'ai froid ! Protesta Stacy.
–Bon, d'accord, mais...
–Oh merci ! Le coupa Stacy en commença à escalader la conduite d'eau.
–Eh ! Mais tu fais quoi, Lauren's ? demanda Shawn stupéfait devant tant de fougue.
–Bah je montes, répondit Stacy en sautant dans la chambre.
–Hii ! Fit Shawn avec une voix de fille en attrapant un sweat pour se cacher.
–Chochotte ! Lui dit Stacy en souriant.
–Tu peux pas entrer par les portes comme tout le monde ? Lui demanda t-il.
–Je ne suis pas tout le monde, répondit-elle.
–Bon alors, tu peux faire tout le monde pour cette fois et te retourner ?
–Pourquoi ?
–Parce que je voudrais mettre mon caleçon.
–Ça ne me dérange pas, lui affirma Stacy.
–Mais moi si.”
Stacy capitula et se retourna. Quelques minutes plus tard Shawn lui dit qu'il avait fini.
“–Que me vaut le plaisir de cette visite nocturne, Lauren's ? lui demanda t-il.
–Bah je venais m'excuser pour le week-end dernier.
–C'est tout ? Demanda Shawn en ouvrant les yeux comme des soucoupes.
–Et pour l'autre jour à la cafèt' quand j'ai vidé mon assiette de purée sur ta tête parce que tu m'avais traitée d'orpheline...
–Mais non, je ne voulais pas dire ça !
–Pour la fois où j'ai lancé la rumeur que tu étais gay ?
–Non non ! Laisses moi finir ! C'est pas grave, c'est oublié, ça !
–Bah alors ?
–Je voulais dire que tu venais chez moi au milieu de la nuit juste pour t'excuser ?
–Ne t’imagine rien, Lopez ! lança Stacy.
–Bon, soupira Shawn. Ça tombe bien que tu sois là, j'avais des trucs à te rendre.
–Des trucs à me rendre ? Demanda Stacy l'air étonné.
–En quatrième tu m'avais prêté L'Homme invisible, je ne te l'ai jamais rendu, souffla Shawn.
–Ah ! S'exclama Stacy. C'est pas grave, c'est oublié, ça !”
Shawn lui sourit. Il était vraiment mignon comme ça sans défenses, avec juste un jean pour cacher sa pudeur. Ses pectoraux étaient bien ciselés malgré qu'il était jeune.
“–Je ne suis pas un voleur, dit-il en lui mettant le livre dans la main.”
Oh, comme il était beau dans la lueur de la lune, ses cheveux blonds platines décoiffés lui donnait un air de rebelle irrésistible ! Ce fut comme un ordre donné par son cœur à son cerveau. Stacy ne put s'empêcher de le faire. Elle s'avança vers lui et plaqua ses lèvres contre les siennes.










































Chapitre 6
Lundi 28 juin 2038, 5h30
Dans la chambre de Shawn Lopez

Ce fut un long et doux baiser. “Oh my God !, pensa Stacy je suis en train de rouler une pelle au mec le plus craquant du lycée !” . Stacy n'avait pas embrassé beaucoup de garçons dans sa vie. Il y en avait eu un au collège mais il voulait plus qu'un baiser... Elle avait eu d'autres petits amis, certains elle ne les avait pas embrassés... et là elle embrassait quelqu'un qui avait déjà une copine et qui n'était peut-être pas d'accord. Et Cerise Curtis, la copine de Shawn Lopez était connue pour être agressive et très possessive. Si elle apprenait que Stacy avait impunément embrassé son chéri, elle piquerait une crise et viendrait lui casser la figure en personne.
Stacy ouvra les yeux et vit les siens. Des yeux adorables ouverts en O.
Stacy plaqua les mains sur sa bouche.
“–Je suis désolée, s’exclama t-elle. Je ne sait pas ce qu'il m'a prit ! Dit-elle en reculant.
–A dans trois heures, Stacy ! Lui répondit-il.
–Pardon ? Demanda cette dernière.
–Bah oui.. on a cours, ce n'est pas encore les vacances !”
En guise de réponse, Stacy lui sourit et escalada la rambarde de la fenêtre. Elle s'apprêta à descendre quand Shawn l’appela :
“–Hé ! Stacy, tu ne vas pas encore descendre par la fenêtre ! Il y a des portes pour sortir !
–Je ne suis  pas tout le monde, répondit Stacy.
–Et j'ai oublié de te demander... Comment as-tu pu entrer chez moi sans déclencher l'alarme ?
–Je ne suis pas tout le monde, répéta Stacy. Et j'ai ma petite technique, ajouta t-elle en lui faisant un clin d’œil.”


























Chapitre 7
17 juin 2042,
dans une villa à Milan.

Cette douce soirée d'été s'annonçait bien. Les cadeaux étaient disposés en ordre taille – Muse était très maniaque – et le gâteau était beaucoup trop grand pour les invités peu nombreux se résumant à la famille. Mais tout le monde avait un sourire parfait à fendre le cœur de Stacy. Ils étaient tous venus pour elle de loin pour elle. Ils avaient fait le déplacement. Depuis que Stacy était arrivée en Italie, la maison était constamment en déménagement, mais là, tout était parfait. Même le petit ami de Stacy était venu des États-Unis pour la voir...

“Joyeux anniversaire, Stacy !”
“–Oh merci ! Wow ! Ce gâteau est magnifique, cria la jeune fille.”
Pour ses dix-huit, Stacy allait enfin pouvoir partir à la recherche de ses parents.
“–C'est moi qui l'ai choisi ! J'ai de bon goûts, hein ? Dit Jeffery, le mari de Hannah en souriant.”
Malgré que Stacy avait vécu trois ans et demi dans la même maison que Jeffery Simon, elle ne le supportait pas.
“–Bof ! Lui dit-elle. Je ne suis plus une gamine, pourquoi as-tu prit du rose ?”
Jeffery baissa les bras et fit des yeux de chien battu pour montrer qu'il était vexé. Il avait l'air plus que ridicule pour Stacy.
“–Sois gentille avec ton oncle ! Gronda Hannah.
–Ce n'est pas mon oncle, murmura Stacy”
–Souffle tes dix-huit bougies maintenant, Stacy ! Ensuite tu pourras ouvrir notre cadeau. On t'a trouvé un truc génial ! lui annonça Muse Mironova, la femme de Nate, pour détendre l'atmosphère.
–Le mien est encore mieux ! Dit Shawn Lopez, le petit ami de Stacy.
–Tais-toi ! Lança Stacy. Tu as toujours mieux que les autres !
–Eh oui ! Il y a les gens comme moi qui... commença t-il pendant que Stacy lui collait un baiser langoureux.
–Ah, mes yeux ! Faites ça ailleurs, les gosses ! Râla Victoria Wingard, la cousine germaine de Stacy alors qu'elle passait son temps à embrasser des garçons.
–Oh, laisse-les, frangine ! Lui ordonna Nate. Tu es la moins bien placée pour dire ça ! Tu changes de mecs comme de chaussettes !
–Eh ! Il m'a traité de chaussette le Blair-eau ?!  Lança Stuart Moore tandis que Victoria se blottissait contre lui.
–Quoi ? Je suis un blaireau, moi ? Tu vas voir si je suis un blaireau, sale...
–Arrête, Nate ! Le coupa Victoria.
–Te mêle pas de ça, c'est une bagarre entre hommes, Vicky ! Lui dit sèchement Stuart.
–Crétin ! L'insulta Victoria.
–Ne vous battez pas juste pour mon anniv', les mecs siouplait ! Quémanda Stacy.
–C'est-à-dire un jour par an ! Vous pouvez le faire, non ? Demanda Muse.”
Nate et Stuart passaient leur temps à s'insulter depuis que Nate avait fait tomber le Apple Phone 4 5G “sans faire exprès”. Il était garanti incassable, certes, mais seulement s'il tombait de un mètre ou deux. Mais là, Nate avait jeté le téléphone de l'appartement de Victoria et Stuart, c'est-à-dire à au cinquième étage... Depuis la haine des beaux-frères s’accroît chaque jour de plus en plus, chaque jour l'un embête l'autre et ça n'en finit plus...




Chapitre 8
12 août 2045, 15h00
Forêt tropicale Karis.

Stacy n'a pas laissé tombé. Après trois années de recherches dans la forêt tropicale Karis, elle découvrit enfin une grotte au fin-fond de la forêt amazonienne. Pas n'importe quelle grotte. Celle où sa mère avait été enfermée il y a des années de cela. Un éboulement avait eu lieu cachant l'entrée de la grotte. Ce fut comme ça que sa mère fut piégée. Mais Stacy ne ferait pas la même erreur. Elle avait prévenu assez de personnes qui viendraient la chercher en cas de problème. Et la technologie avait évolué depuis 2024. Elle pourrait téléphoner si il y a un problème... à moins que le téléphone ne se brise. Pour les batteries, il n'y avait pas à s'inquiéter. Elles tiennent plusieurs jours sans problèmes... S'il fallait manger, de petits comprimés de quelques grammes seulement contenaient un repas complet. Pour l'eau, comme à l'ancienne, dans une gourde... Où l'on supporte tout le poids du liquide...
Stacy fit venir un hélicoptère. Les géologues qu'elle avait employés afin de retrouver la grotte étaient occupés à regarder les plans de la forêts.
La grue commença à soulever les pierres qui fermaient la grotte. Les journalistes mis au courant des recherches qui vont avoir lieu commençaient à prendre des photos de la scène, d'autres posaient des questions à Stacy Lauren's.

Pourquoi avez-vous entreprit de telles recherches alors que vos parents n'ont pas réussi ?
Comment êtes-vous certaine que vous allez trouver cette énergie magique ?
Comptez-vous finir le travail commencé par vos parents ?

Stacy était perdue dans ses pensées. Elle n'écoutait pas les journalistes et regardait les pierres se soulever une par une. Bientôt l'air rentrerait dans la grotte et elle pourra s'y engouffrer et entamer la recherche de l’énergie magique qui servira à alimenter le monde pendant un demi-millénaire. Les minutes passaient et Stacy était debout, inlassablement à attendre. Elle perdit la notion du temps, là à regarder la grotte. Sa vision se floua puis au bout d'une minute, d'une heure ou d'une journée, des coups de dynamite pour déplacer les rochers de deux cents kilos et les soulever avec la pelleteuse, l'ouverture de la grotte fut achevée.
"–Mademoiselle Lauren's ? Mademoiselle Lauren's ?"


















Chapitre 9

12 août 2045, 18h00
Plaine de la Grotte Karis.

Stacy cligna des yeux. Un jeune homme brun aux airs mexicains qui tenait des plans – ceux de la grotte pensa Stacy –se tenait devant elle. Il avait une belle peau bronzée et des yeux verts. On voyait son torse à travers le t-shirt blanc qu'il portait. Stacy ne put s'empêcher de le toiser. Elle nota des tablettes de chocolat dignes de ce nom, des bras musclés qui pourraient la porter comme si elle était une plume. Il n'y avait pas à douter : d'après Stacy, cet homme serait un mari parfait. Son premier grand amour, Shawn Lopez n'était pas bien pour elle. Il l'avait quitté il y a deux ans et demi "à cause de la distance". Mais s'il l'avait réellement aimé, même la distance ne les aurait pas séparés... Depuis Stacy était dure dans ses choix : pour une riche héritière comme elle, il fallait quelqu'un de fort, certes, mais aussi quelqu'un de noble. L'homme qui se tenait devant elle était très séduisant, mais ce n'était qu'un simple ouvrier. Elle l'observa un peu plus pour essayer de le cerner comme elle aimait faire avec les inconnus. Des traits de sueur perlaient sur son front lisse. Il avait le regard des vainqueurs recevant leur médaille d'or. Stacy lui donnait minimum vingts ans. Il avait l'air très jeune. Il regarda la jeune femme d'un air soucieux et lui dit :
"-Nous avons ouvert la grotte. La nuit tombe et il serait préférable que nous revenions demain, quand il y aura plus de lumière. Nous ne pouvons pas commencer les recherches ce soir au risque de nous perdre. annonça t-il à Stacy.
-Non, je souhaite commencer les recherches dès maintenant ! Prenez les lampes de torche, on y va !" ordonna la jeune femme d'un ton agressif.
-Mademoiselle Lauren's, il commence à faire nuit noire ! Nous ne pouvons pas fouiller la grotte avec seule une lampe pour éclairer une grotte aussi grande que celle-là ! C'est se jeter dans la gueule du loup au sens propre car il y a des traces de loup dans la forêt. Peut-être, une famille de loup habite dans cette grotte ! Vous ne savez pas ce qu'il y a, vous ne pouvez pas décider comme ça ! riposta le pelletier qui faisait aussi office de guide.
–Ah ! C'est comme ça ! Quel parano vous faites ! s'exclama Stacy. Eh bien, vous pouvez dire adieu à vos quatre mille dollars ! jeta t-elle d'un ton froid."
Quand elle avait engagé le jeune homme, elle avait l'air si gentille et ce dernier avait besoin d'argent pour payer l’électricité et remplir son frigo car ses parents ne se souciaient plus trop de lui depuis qu'il avait laissé tomber ses études de droit pour travailler sur des chantiers. Et maintenant, Stacy le toisait avec cruauté en attendant une réponse. Soit il faisait le boulot et était grassement payé mais il frôlerait la mort... Soit il partait et continuerais à jongler entre plusieurs emplois. Et puis rentrer dans la grotte serait une occasion de passer la nuit avec une jolie jeune femme riche. Il respira un bon coup et répondit :
"–Je prendrais le risque car vous me le demandez, Mademoiselle Lauren's.
–Bien. dit Stacy d'un air triomphant."
Elle enfila une veste en cuir sur son débardeur rose en tie & dye, attrapa une lampe torche et prit un sac à dos spécial randonnée contenant à manger pour deux jours et cinq litres d'eau potable. Elle grimaça en posant le sac sur ses épaules et regarda son guide personnel.
"–Vous me le portez ? demanda t-elle."
C'était un ordre formulé sous une question. L'homme soupira et lui prit en plus de son propre sac.
"–Vous devriez prendre des pulls. La température risque de baisser. Et pour ce genre d’expédition, un short en jean n'est pas très approprié, conseilla t-il."
Stacy opina du chef et prit son Iphone. Elle composa un numéro et une voix suave répondit :
"–Mademoiselle Lauren's ?
–Fairy, je vais aller dans la grotte pour commencer les recherches. Apporte-moi un pull et un jean A.S.A.P., s'il te plaît !
As Soon As Possible ? OK ! Mais... Vous allez commencer les recherches maintenant ? Mais... répéta la secrétaire. Le soleil va se coucher ! C'est inconcevable !
–Vous êtes payée pour obéir à mes ordres, Fairy Garden."












































Chapitre 10

12 août 2045, 19h00
Face à la Grotte Karis.

Stacy regardait le soleil se coucher en fermant les yeux, respirant l'air doux de la soirée. Il y avait de beaux reflets roses. Ses cheveux fouettaient ses joues dans la fraîche tiédeur de la nuit. Le beau mexicain la contemplait dans toute sa grâce. Malgré qu'elle ai été désagréable avec lui, il l'a trouvait on ne peu plus magnifique. Le contraste du soleil derrière son visage lui donnait un air surnaturel. Puis la jeune femme ouvrit les yeux et regarda l'homme qui venait de tourner la tête en vitesse.
"- J'ai oublié de vous demander votre nom ? Lui demanda t-elle.
Cette affirmation sonnait sous des airs de question. Le mexicain lui sourit avant de répondre :
« – Je m'appelle Narcisse Mena Santillán.
– OK. Tu peux m'appeler Stacy, si tu veux.
– Je préfère Mademoiselle Lauren's.

– Bon. Si tu veux, si tu veux... »

Narcisse se leva subitement et se dirigea vers la fameuse grotte d'un pas robotique.

« – Hey ? l'interpella Stacy. Tu vas où comme ça ? »

Le jeune homme répondit en mettant son index devant la bouche. Stacy fronça les sourcils.

 

 

A suivre !