Quand meilleure amie ne signifie plus rien

En deux semaines à peine, j'ai réussi à détruire

Ce que nous avions mis plusieurs années à construire.

Cette complicité s'était installée entre nous,

Avant que la jalousie ne vienne entraver mes mouvements et serrer mon cou.

Comme une fleur, elle s'est mise doucement à éclore,

À tel point que je me suis mise à te détester si fort.

Alors cette mauvaise graine m'a apporté de la haine

Et nous en avons toutes les deux souffert, était-ce la peine ?

 

Je n'avais pas mesuré ma chance,

Et j'ai détruit ta confiance.

Je t'ai trahit démesurément

En pensant que tes blessures se refermeraient avec le temps.

Je t'ai planté un couteau dans le dos le plus profondément possible

Car tu n'aurais jamais imaginé que c'était moi qui t'avais prise pour cible.

Je t'ai fait souffrir.

Puis je suis venue te voir pour te guérir.

 

Et du jour au lendemain le piège s'est refermé sur moi.

Tu m'as regardée avec pitié en te demandant comment j'avais pu te faire ça.

J'ai tenté de réparer mon erreur,

Mais en toi j'avais installé la peur.

 

À chaque fois que nous nous revoyions c'était pour nous insulter,

Quelques fois j'ai rouvert ta plaie.

Tu étais désemparée : « Comment a t-elle pu m'oublier ? »

J'étais désespérée : « Va t-elle un jour me pardonner ? »

 

Je me suis voilée la face,

Après avoir fait trop de casse,

Je me suis dis que tu étais mon ennemie jurée,

Que plus jamais tu ne me parlerais.

J'ai tenté de t'oublier,

Et surtout d'oublier à quel point tu me manquais.

 

Un jour, nous avions décidé d'enterrer la hache de guerre.

C'était la meilleure chose qu'il y avait à faire.

Puis nous nous sommes assises sur un banc.

Et nous avons parlé du bon vieux temps.

Celui où on faisait de la danse,

Lorsque l'on se disputait en permanence.

Puis après les cours, je te raccompagnais chez toi en vélo.

On n'avait pas besoin de mots.

Oui, toutes les deux, on se comprenait.

 

Ce ne fut pas le cas cette année.

Ces mots que l'on n'a pas su utiliser,

Ce fut une erreur fatale.

Je ne savais pas comment m'exprimer et je t'ai fait du mal.

Je voulais me venger de toi,

Sans que tu ne saches pourquoi

 

Nous nous sommes perdues de vue,

Nous avons regretté le temps perdu.

Nous aurions pu faire un tas de choses intéressantes,

Mais la destinée fut différente.

Et nous revoilà au point de départ,

Deux inconnues sans histoire.

On pensait ne pas pouvoir vivre si on était séparées,

Finalement on s'est détachées.

On a appris à vivre chacune de notre côté.

Et c'est peut-être dur de se l'avouer,

Mais on sait toutes les deux que c'est la meilleure chose qui nous soit arrivée.

×